Abonnement
Cinq astuces pour booster les ventes d’un site de e-commerce
Prendre la décision de créer une boutique en ligne, c’est facile. Cependant, il faut d’abord analyser le marché, bien penser sa stratégie, opter pour un marketing ciblé et être ouvert à la critique avant de se lancer. Fort de son expertise dans l’accompagnement de clients souhaitant héberger leur activité de e-commerce, 1&1 présente cinq astuces pour booster les ventes d’un site de e-commerce. De quoi permettre aux e-commerçants d’éviter les erreurs les plus courantes et leur permettre ainsi d’optimiser leur boutique en ligne. 

1. Une bonne organisation et un concept abouti sont les clés du succès

Qu’est-ce que je veux vendre, à qui et à quel prix ? Quelle place ma gamme de produits peut-elle occuper sur le marché ? Qui sont mes concurrents et quelle est leur activité en ligne ? Le paiement en ligne est-il sécurisé ? Tout propriétaire d’une boutique en ligne doit se poser ces questions. Un autre point crucial est le choix du nom de la boutique puisqu’il faudra veiller à ce que son adresse soit reconnaissable, accrocheuse et soit cohérente avec l’entreprise, ses produits et/ou son secteur d’activité.

Il faut également choisir le bon modèle : une personne ayant des connaissances techniques avancées en matière d’applications web, de serveurs et de codage n’aura pas besoin de la même solution qu’un débutant dans le e-commerce dont l’activité principale ne se déroulait pas sur internet jusque-là. Pour les petites et moyennes entreprises, les solutions dédiées à la gestion complète des boutiques en ligne (solutions Software-as-a-Service) sont adaptées, et comprennent un nom de domaine, un espace web adéquat ainsi que des modèles de sites internet, des conseils juridiques, des interfaces de places de marché et une assistance 24h/24 et 7j/7 sous forme d’offre complète et ne demandant aucune connaissance technique préalable.

2. Structure du site et présentation du produit : la première impression est la plus importante

Une fois le projet abouti, il est temps de réfléchir au design du site internet. La plupart des solutions dédiées aux boutiques en ligne guident l’utilisateur de manière intuitive à travers le processus de configuration et proposent un large choix de designs. De nos jours, il est indispensable que les sites de e-commerce soient optimisés pour les smartphones. Des images de produit ressemblantes accompagnées d’une description précise du produit influencent également la décision d’achat.

Au moment de développer la structure d’une boutique en ligne, il faut pouvoir se mettre à la place des clients : la navigation entre les différentes catégories de produits est-elle intuitive ? Le client saura-t-il naviguer sur le site ? Si le client trouve la navigation très compliquée, il est peu probable qu’il le visite une seconde fois. Pour prendre les bonnes décisions, le commerçant peut demander à ses proches et amis de visiter le site parce que leur avis sera à la fois plus critique et plus honnête et pourra aider à améliorer l’expérience des clients sur le site.

De plus, les exigences légales doivent être visibles. Les conditions générales par exemple, comme les dates de livraison, les options de retour et d’échange, la mention légale, une déclaration de confidentialité et les informations de contact. Pour accompagner les commerçants, certains fournisseurs proposent des conseils juridiques qui sont fournis dès la souscription de l’offre.

3. Développer la confiance du client et le motiver à acheter

En plus des aspects juridiques, de structure et de présentation, le site doit refléter le sérieux et le professionnalisme du commerçant pour convaincre le client d’acheter - ou pas – ses articles. Les labels de qualité renforcent la confiance du client car ils confirment l’importance accordée à la qualité. Par ailleurs, les avis postés par les clients sont aussi significatifs de leur niveau de confiance.

Proposer plusieurs options de paiement est également indispensable pour obtenir la confiance des clients et donc augmenter les taux de conversion : les clients veulent avoir le choix entre plusieurs modalités de paiement simples et sécurisées. Cela inclut les options classiques telles que le paiement via le compte client, le prélèvement automatique, la carte de crédit ou le paiement anticipé, mais également des options plus modernes comme PayPal ou Amazon Pay.

Étant donné que le système du prélèvement automatique est particulièrement vulnérable au vol de données et phishing, les propriétaires de boutiques en ligne ne doivent transférer des données sensibles des clients que si celles-ci sont chiffrées. Le protocole de chiffrement SSL (Secure Socket Layer) garantit un transfert sécurisé des données. Idéalement il faudrait donc qu’il soit inclus d’office dans l’offre du fournisseur.

4. Personne n’est parfait : identifier ses points faibles pour s’améliorer

Comment les clients se comportent-ils dans une boutique en ligne ? Quel parcours suivent-ils ? Quels sont les produits qui attirent leur attention, et ceux qui ne les intéressent pas ? À quel moment les visiteurs quittent-ils la boutique ou vident-ils leur panier ? A l’aide d’outils d’analyse, les commerçants en ligne peuvent avoir les réponses à ces questions et identifier les points qui pourraient représenter un frein pour la vente. La plupart des modèles de boutiques en ligne disposent de leurs propres outils, comme eTracker, qui sont déjà inclus ou liés : Google Analytics peut également représenter une source intéressante.

En outre, les avis des clients sont précieux. Il est important que les commerçants en ligne prennent toujours leurs commentaires au sérieux. Les avis positifs renforcent la confiance qui est portée au site et augmentent les ventes. Les avis négatifs mettent en lumière les points faibles de la boutique. C’est pour cela que les commerçants doivent répondre ouvertement à ces commentaires et vérifier les causes d’insatisfaction afin d’améliorer leur boutique.

5. Avoir la plus belle boutique ne sert à rien si personne ne la connaît ou que personne n’achète

La majorité des visiteurs arrive sur des boutiques en ligne par le biais de leur moteur de recherche. Afin d’améliorer son classement, le référencement (SEO), surtout au lancement, et la publicité sur les moteurs de recherche (SEA) sont recommandés. L’optimisation du référencement signifie l’optimisation des textes et des titres contenus dans son site web grâce à l’utilisation de mots-clés. Cela permet d’obtenir un meilleur classement dans des moteurs de recherche comme Google. De nombreuses boutiques disposent d’outils d’optimisation intégrés. Il existe également des outils simples qui viennent en aide aux commerçants. Par ailleurs, des publicités SEA peuvent être placées sur Google pour certains mots-clés. Contrairement aux panneaux publicitaires, les commerçants ne paient que si quelqu’un clique sur la publicité en ligne. De plus, les propriétaires de boutiques en ligne doivent s’assurer d’être inscrits dans les annuaires en ligne les plus connus pour une meilleure visibilité sur internet. Relier sa boutique à des places de marché telles qu’eBay ou Amazon via des interfaces comprises dans le modèle de la boutique en ligne permet de renforcer sa présence en ligne tout en générant plus de ventes.

Le rôle des clients existants est également important : c’est pour cette raison que les commerçants doivent régulièrement attirer leur attention via des newsletters et les encourager activement à laisser un avis. Une page Facebook permet de rendre la boutique en ligne identifiable et transforme ses clients en fans. Facebook permet aux commerçants d’offrir un aperçu de ce qui se passe en coulisses, recueillir des avis et promouvoir leurs nouveaux produits. La boutique en ligne peut également être connectée directement à Facebook : les boutons de partage et « J’aime » peuvent être intégrés dans la boutique. Ainsi, les clients peuvent recommander certains produits à leurs amis et famille et augmenter la clientèle de la boutique.
Publié le 7 août 2017
SQ 250-300