Commentaires
Les 5 derniers commentaires
Abonnement
Smart City : 9 communes sur 10 ont déjà lancé des initiatives
La transformation numérique ne concerne pas uniquement les entreprises. Elle concerne également les territoires. Grâce au digital, les initiatives de ville intelligente (Smart City) permettent aux collectivités locales de transformer leurs opérations urbaines et leurs prestations de services. Pour identifier les enjeux numériques auxquels elles sont confrontées, IDC a ainsi réalisé pour le compte de Syntec Numérique une étude analysant la maturité des initiatives de ville intelligente.

Le principal enseignement de cette étude réside dans le fait que 93 % des communes interrogées ont déjà lancé une initiative de ville intelligente : 87 % dans l’éducation, 74 % dans la vidéosurveillance, 52 % dans la vie citoyenne. Sans oublier, l'éclairage et les bâtiments intelligents, les transports, ou encore la gestion intelligente de l'eau et des déchets.

Les collectivités interrogées déclarent déjà constater les bénéfices des projets lancés. Or, il existe une réelle différence de centres d’intérêt entre les plus petites communes (moins de 20 000 habitants) et les autres. Les plus petites communes font état de bénéfices en matière d’infrastructures (Bâtiment-Energie - 67 %), de sécurité (64 %) et d’attractivité du territoire (60 %) tandis que celles de plus de 20 000 habitants évoquent la gestion de l’eau (80 %), de l’éclairage public (70 %) et des soins de santé (67 %).

Renforcer le lien avec les citoyens
Interrogées sur leurs objectifs en matière de ville intelligente, les communes avancent en premier lieu le renforcement du lien avec les citoyens (75 %), le développement de nouveaux services (45 %) et la réduction des coûts (38 %). Des objectifs que l’on retrouve de manière plus ou moins évidente dans les postes de dépenses. Ainsi, d’après l’étude les trois principaux domaines faisant l’objet d’initiatives de ville intelligente sont l’éducation (87 % des communes ont déjà mis en œuvre un projet), la sécurité et en particulier la vidéosurveillance (74 %) et la vie citoyenne (52 %).

Des financements insuffisants
Malgré une prise de conscience qui semble donc globale et de nombreux projets en cours, 6 collectivités sur 10 pointent le manque de financement comme frein principal à la réussite d’une démarche de « Smart City ». Le manque de volonté politique (24 %) et le manque de compétences en interne (22 %) sont également mentionnés.

Au-delà de la ville intelligente
Malgré les investissements exigés, tendre vers une ville intelligente et durable est un objectif essentiel qui fait partie intégrante des politiques publiques pour la majorité des collectivités locales. Cette transformation va toutefois au-delà des initiatives de villes intelligentes. Elle suppose notamment l’optimisation des systèmes d’information des administrations. Pour les collectivités interrogées, l’enjeu à ce niveau est de favoriser la dématérialisation des documents (91 %), les solutions de paiement en ligne (81 %) et la dématérialisation des process internes (80 %).

Enfin, les résultats de l'enquête montrent que si les réseaux sociaux (84 %) et les outils de mobilité (65 %) sont largement utilisés par les collectivités, elles n'en sont qu'au commencement en matière de Cloud (31 %) d'Internet des Objets (35 %), de Big Data (11 %) ou de Robotique (6 %). 
Publié le 18 octobre 2017
SQ 250-300