Commentaires
Les 5 derniers commentaires
Abonnement
Rencontre avec l'audacieuse Anna Karina
A l'occasion de sa visite à FilmoTV, Anna Karina a longuement échangé avec Laurent Delmas sur son film Vivre Ensemble qu'elle écrivit, produisit, réalisa et interpréta en 1972, mais aussi sur quatre films de celui dont elle fut l'interpète de prédilection et pendant un temps l'épouse, Jean-Luc Godard.

A propos de Vivre Ensemble (1973)
Française d'originie danoise, Anna Karina doit son pseudo à Coco Chanel. Elle est à la fois actrice, chanteuse et réalisatrice, et c'est de ce dernier rôle qu'il sera surtout ici question, au regard du peu de femmes dans la profession à l'époque, alors qu'aujourd'hui un quart des réalisateurs sont des réalisatrices !
Sur Vivre Ensemble, Anna Karina occupera toutes les fonctions : actrice, scénariste, réalisatrice et productrice pour un long métrage qui sera même sélectionné pour la Semaine de la Critique à Cannes 1973.
Le film est tourné dans deux villes jouant les antagonismes, Paris et New York. Il retrace les cheminements d'un couple qui se croise et se décroise entre le Paris de Saint-Germain des Prés et le New York contestataire de Harlem ! Anna Karina revient ainsi sur les conditions du tournage new-yorkais, en toute illegallité, sans aucune autorisation.
Même la musique du film est une histoire à elle seule : composée en 24h par Claude Engel (ancien membre du groupe mythique Magma), elle parvient à se fondre aussi bien dans Paris que dans New York.
Le film sort dans trois salles et, pour des raisons que la réalisatrice n'expliquent pas, se retrouve interdit aux moins de 18 ans.

A propos de Jean-Luc Godard
. Vivre sa vie (1962) que les abonnés peuvent retrouver dans se version restaurée. Anna Karina y campe un personnage singulier de prostituée nommée Nana, sans hasard évidemment.
. Une femme est une femme (1961) avec Jean-Claude Brialy dans le rôle du mari et Jean-Paul Belmondo dans celui de l‘amant, est une comédie remplie de gaité et de musique. Une manière de découvrir un Godard joyeux !
. Alphaville (1965) est un film d'amour avec Eddie Constantine où tout y était « bizarre » dixit Anna Karina.
. Pierrot le fou (1965) dans lequel elle retrouve Jean-Paul Belmondo, un film d'une grande modernité, très universel et « d'une beauté sublime », écrira Louis Aragon. 
Publié le 23 novembre 2017
SQ 250-300